lundi 3 août 2015

Instant nature au parc de la Marbellière.

DSCN2140

J'avais envie d'évoquer aujourd'hui un endroit où j'aime particulièrement flâner, j'ai d'ailleurs la chance d'habiter dans les environs et de pouvoir traverser ce parc chaque jour. Il s'agit du parc de La Marbellière et son château.

DSCN2142

Situé à Joué-Lès-Tours et à seulement quelques minutes du centre de Tours, le château de la Marbellière est une propriété privée du XVIIe siècle, reconstruite au XIXe siècle. Ce qu'il faut savoir c'est qu'à une époque la ville de Joué-les-Tours se caractérisait grâce à de nombreuses propriétés (châteaux, manoirs) malheureusement pour un grand nombre détruites et/ou démantelées aujourd'hui. Les différents quartiers qui constituent la ville actuelle se sont dessinés, pour la plupart, à partir de ses nombreuses demeures comme par exemple les quartiers du Morier, de la Gloriette, de la Rabière (le parc a subsisté), l'Epan, La Grange, tous ses noms de quartiers sont à l'origine des noms de châteaux et de manoirs.

Actuellement le château de la Marbellière a été transformé en chambres d'hôtes, il comprend quatre chambres dont une suite, des tables d'hôtes sont également proposées ainsi que des cours de cuisine et de pâtisserie (et gourmande comme je suis c'est toujours bon à savoir).

Derrière le château on retrouve le parc clôturé par une partie de l'ancienne enceinte de la propriété mais aussi par une résidence privée. En s'y baladant on découvre une sorte de havre de paix en plein coeur de la ville, seul les quelques bruits de moteur des voitures nous rappelle que l'agitation de la ville n'est pas loin.

DSCN2148

Ce parc dégage beaucoup de sérénité et de quiétude, notamment grâce à ses arbres beaux et immenses, se sont de vrais Géants verts comme j'aime les appeler, avec des bras multiples comme s'ils étaient là pour nous accueillir sur leur territoire et nous protéger.

DSCN2154

DSCN2159

DSCN2145

Autour du petit étang, il n'est pas rare de croiser de charmants habitants, des chats, des cygnes, des canards et même une oie. Ils ont également leur petit lieu de vie et sont régulièrement nourris de pain par les habitants des environs. Et si vous tendez l'oreille vous pouvez même entendre quelques écureuils s'amuser à grimper et à descendre des arbres...

DSCN2146

DSCN2151

DSCN2152

Pour plus d'infos sur les chambres d'hôtes (et pas que ...) proposées par le domaine rendez-vous ici:

http://www.lamarbelliere.com/

©Photos non libres de droits by the Lady and the Black Cat

Posté par The Lady à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


dimanche 2 août 2015

Une balade en Touraine: le château de Villandry.

DSCN1884

Ma balade estivale du jour se situe à tout juste dix petits kilomètres de chez moi, au château de Villandry. Nous avons choisi de faire notre tour du château et des jardins en matinée pour éviter la foule, un mois d'août naissant et ensoleillé attire toujours du monde: une promenade matinale donc.

Villandry fait partie des châteaux de la Loire d'architecture renaissance. Il est situé sur la départementale D7 a peu près à 15 km de Tours.

  • Le château:

DSCN1887

Il a été construit en 1536 par Jean Le Breton (ministre des Finances de François 1er). Jean Le Breton a en réalité fait raser la vieille bâtisse du XIIe siècle dont il ne subsiste aujourd'hui que le donjon du château. Au fil des siècles de nombreux propriétaires vont se succéder jusqu'en 1906 où le château va être sauvé de la démolition par Joachim Carvallo (arrière grand-père de l'actuel propriétaire) a qui l'on doit aujourd'hui la beauté des jardins du château.

DSCN1957

Le cabinet de travail

DSCN1960DSCN1962

La salle à manger

Les deux étages du château sont accessibles au public. Grâce à des galeries de peintures on peut admirer une collection de tableaux de grands maîtres espagnols de l'époque.

DSCN1978

Une des galeries du premier étage

DSCN1994

Mariage mystique du Christ et de l'Eglise de Giovanni Francesco Bezzi (1530-1571)

On retrouve également un magnifique salon oriental dont le plafond provient du Palais des Ducs de Maqueda (palais démantelé en 1905).

DSCN2000

On retrouve la salle François 1er dans le donjon du château. Cette salle évoque la venue du roi à Villandry le 22 janvier 1536.

DSCN2013DSCN2019

La salle François 1er - Buste de François 1er en armure.

  • Les jardins.

On en compte six plus la forêt qui surplombe le château. Les jardins ont été reconstitué à partir de textes anciens et gravures de l'architecte Jacques Androuet Du Cerceau (dont les travaux demeurent la source essentielle des jardins de château à la renaissance).

          - Le jardin d'ornement.

DSCN2021DSCN1917

Il constitue la prolongation des salons du château. Il est composé de quatre carrés représentant chacun l'amour tendre, l'amour passionné, l'amour volage et l'amour tragique.

          - Le Jardin d'eau.

DSCN1934   DSCN1911

Il est situé à l'extrémité sud du domaine. Il est centré autour d'un petit lac en forme de miroir de style Louis XV.

          - Le jardin du Soleil.

DSCN1932

DSCN1939

Crée en 2008, ce jardin est composé de trois espaces de verdures: la chambre des nuages (arbustes et lavande), la chambre du soleil centré autour d'un bassin en forme d'étoile et la chambre des enfants qui est en réalité une aire de jeux pour les petits.

          - Le labyrinthe.

DSCN1943

l'une des petites entrées du labyrinthe.

Il symbolise le cheminement terreste de l'homme et il ne présente aucune voie sans issue, il n'y a donc aucun moyen de se perdre à l'intérieur.

          - Le jardin des simples.

C'est un jardin traditionnel du moyen-âge consacré aux plantes médicinales et aromatiques.

          - Le potager.

DSCN2023

DSCN1924

Il est composé de neuf carrés de taille identique aux motifs géométriques différents. C'est un potager dit "décoratif" où les légumes sont disposés dans une sorte de damier multicolore. Dans ce potager deux plantations sont effectuées chaque année, l'une au printemps et l'autre en été, et en fonction des espèces. Quarante espèces appartenant à huit familles botaniques différentes se côtoient.

DSCN1919

En tout on dénombre 1015 tilleuls, 52 km de buis, 115000 plants de fleurs et de légumes (dont 50% sont préparés dans les serres du château) répartis sur l'ensemble du domaine.

Ma petite excursion s'arrête donc ici, si vous passez en Touraine, niveau châteaux vous avez l'embarras du choix, je vous conseille tout de même la visite de Villandry et de ses jardins.

Ⓒphotos du château et des jardins The Lady and the Black Cat.

vendredi 26 juin 2015

Point lecture: Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau.

"D'aucuns prétendent que des signes annoncent toujours les bouleversements d'une vie. Qu'il suffit d'ouvrir les yeux."

C'est par cette citation que j'ouvre ma section lecture du jour consacrée au dernier roman de l'auteur franco-allemand Nicolas Barreau. Tu me trouveras au bout du monde est paru au mois de février 2015 aux édition Héloïse d'Ormesson.

tu me trouveras au bout du monde

 

Résumé (extrait du quatrième de couverture):

Lorsque Jean-luc Champollion, jeune galériste de talent et don juan à ses heures, reçoit la lettre d'une énigmatique correspondante, ce ne sont que les prémices d'un irrésistible jeu de piste amoureux. Que désire cette femme qui distille savamment les indices et tarde à se dévoiler ? Comment la convaincre de tomber le masque? Jean-Luc devra-t-il aller jusqu'au bout du monde pour la tenir dans ses bras ? (...)

Le roman s'ouvre sur un souvenir, celui de Jean-Luc Champollion alors adolescent qui connaît ses premiers émois amoureux envers une jeune fille prénommée Lucile. Il exprime son amour au travers d'une lettre qu'il destine à sa bien aimée. Malheureusement son geste ne va pas recevoir le succès espéré. Non seulement sa lettre reste sans réponse mais en plus il découvre que la jeune fille s'est ouvertement moquée de ses mots et de sa prose avec ses meilleures amies. Honteux Jean-Luc décide de ne plus jamais écrire de lettre d'amour de sa vie.

Quelques années plus tard, Jean-Luc Champollion est devenu un galériste de renom exerçant à Paris. C'est un jeune homme qui jongle entre les artistes à promouvoir et à gérer et les conquêtes amoureuses. Il vit seul dans son bel appartement avec son dalmatien Cézanne, jusqu'au jour où il reçoit une mystérieuse lettre d'amour manuscrite, signée la Principessa, écrite dans un style et une prose parfaitement maîtrisés. Au travers de cette lettre plusieurs indices sont laissés et également une adresse mail que Jean-Luc va pouvoir utiliser s'il désire continuer à correspondre avec la belle inconnue. Au gré des différents indices donnés par la Principessa Jean-Luc Champollion se lance dans une enquête. Il regroupe les souvenirs de ses nombreuses conquêtes, es-ce une ancienne maîtresse ? Es-ce simplement une connaissance ? Il soupçonne tout le monde, de la serveuse du bar du coin, en passant par sa boulangère, il se méfie même de ses propres amis qu'il soupçonne d'avoir monté ce coup pour lui faire une mauvaise blague, il frôle la paranoïa. Mais attention la Principessa est jalouse et elle voit tout!! Elle le mène par le bout du nez. Lui de son côté ne dors plus, sa vie est rythmée par les échanges de mails avec son admiratrice secrète. Cette femme est là, elle semble toute proche mais il ne la voit pas. C'est la touche de mystère du roman. Jean-Luc Champollion est incapable de contrôler ses pulsions amoureuses, il ne se reconnaît plus et il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il est ici face à une femme qui est non-identifiable, inaccessible, qu'il ne peut pas voir, ni entendre, ni saisir.

Ce roman est également un beau tour d'horizon des différents endroits du quartier Saint-Germain à Paris. On sent que l'auteur apprécie tout particulièrement ce quartier de Paris et qu'il maîtrise parfaitement son sujet. Par certains passages on pourrait même qualifier ce livre de guide touristique puisqu'il nous fait découvrir des endroits magnifiques et chic avec entre autres:

          - L'hôtel des Marronniers de la rue Jacob; 

          - Le Procope situé en plein Saint Germain des Prés, c'est le plus vieux café de Paris où Diderot, Voltaire et Rousseau avaient leurs habitudes;

le procope

          - Le restaurant le Train Bleu, restaurant mythique situé à la gare de Lyon;

le train bleu

          - L'hôtel Duc de Saint Simon, hôtel particulier datant du XVIIIe siècle transformé en hôtel quatre étoiles.

Il y a une volonté de la part de l'auteur de nous faire partager quelques uns de ses lieux favoris pour certains déjà présents dans son premier roman Le Sourire des femmes.

Tu me trouveras au bout du monde est un bon roman d'amour léger et romantique. On se laisse prendre au jeu de pistes, on a envie de mener l'enquête et de découvrir qu'elle est cette mystérieuse demoiselle. Après avoir lu l'Amour et les forêts j'avoue que cela fait du bien de plonger dans une belle histoire d'amour. Après tout qui n'a jamais rêver de recevoir une belle lettre d'amour d'un admirateur ou d'une admiratrice secret(e)?

Ce qui est dommage: la mise en place des protagonistes et des décors font traîner un peu en longueur le départ de l'histoire et donc le moment qui nous intéresse le plus la découverte de la première lettre d'amour. De plus la fin est malgré tout un peu téléphonée, on devine une peu trop facilement qui est la fameuse Principessa.

C'est un roman très agréable à lire qui évoque une très belle histoire d'amour. Alors pourquoi ne pas profiter des vacances d'été pour le lire. A vous de juger !!

 

- Bonne lecture -

mercredi 3 juin 2015

Point lecture: L'amour et les forêts d'Eric Reinhardt.

Ma parenthèse lecture d'aujourd'hui est consacrée au dernier roman d'Éric Reinhardt L'amour et les forêts paru dans la collection Blanche de Gallimard au mois d'août 2014. Pour ce roman Éric Reinhardt a obtenu plusieurs distinctions dont le prix Renaudot des lycéens 2014, le prix du roman France Télévision 2014 et le prix des étudiants France Culture - Télérama 2015.

L'amour et les forets

 

 

Résumé (extrait du quatrième de couverture):

          "A l'origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changer sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l'écrivain, l'entrainant dans sa détresse lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction  au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence mais aussi le début de sa perte (...)."

Je suis tentée de vous dire que cet ouvrage se décline en plusieurs points. Au commencement il y a cette rencontre entre Éric Reinhardt et une fidèle lectrice et admiratrice, répondant au nom de Bénédicte Ombredanne. Elle est professeur, agrégée de lettres, âgée de 36 ans, mariée deux enfants. Plusieurs échanges de mail tout d'abord vont conduire à une première rencontre dans un café. Ce qui n'est au départ qu'une rencontre littéraire va se transformer en véritable confidence. Bénédicte va se laisser aller à des confessions très personnelles sur sa vie privée et surtout sur la relation qu'elle entretient avec son mari et l'emprise psychologique qu'il exerce sur elle.

Bénédicte prend donc la parole, comme un roman dans un roman. La relation houleuse qu'elle et son mari entretiennent constitue la partie centrale du roman. Un soir, alors qu'elle rentre du travail, elle retrouve son mari prostré dans la chambre conjugale. Son attitude fait peur aux deux enfants. Bénédicte cherche à savoir ce qui le met dans un tel état, et il aura du mal à "cracher le morceau". Il a comme une sorte de crise "autiste", il est dans sa bulle, en larmes sans rien vouloir savoir de l'extérieur. Il semble avoir vécu un choc très violent. En réalité il a une prise de conscience, celle-ci intervient après l'écoute d'une émission à la radio concernant les manipulateurs et harceleurs psychologiques. Il réalise qu'il est de ceux-là et il prend conscience du comportement qu'il a envers sa femme. C'est un déclic pour lui mais aussi pour elle. Ils se sont tous deux enfermés dans une relation malsaine faite de violence psychologique et conjugale. Lui le manipulateur, elle la manipulé... Face à cette confession elle se rend compte alors qu'elle est en train de passer à côté de sa vie de femme et comme pour se donner une chance de reprendre sa vie en main elle se rend sur le site de rencontre Meetic afin de peut-être faire une rencontre ou LA rencontre qui bouleversera le cours de sa vie. Au fil des recherches et des discussions le courant fini par passer avec un des internautes. Celui-ci n'a rien de commun avec les autres interlocuteurs du site. Il est juste là pour parler, échanger des mots, des pensées, il est poli, aimable et surtout il l'a respecte. C'est lui qu'elle choisit le temps d'une journée, pour oublier son quotidien, pour s'évader ...

Bénédicte se lance alors dans le récit émouvant de sa merveilleuse journée avec ce bel inconnu, nommé Christian, un antiquaire, qu'il l'accueille dans sa belle maison à l'orée d'une forêt et qui lui propose avant tout de l'initier au tir à l'arc. C'est le début de l'enfer pour Bénédicte, elle vient d'enclencher une machine infernale qu'elle ne pourra pas contrôler. Son mari va finir apprendre son écart de conduite ... La suite je vous laisse la découvrir (j'en ai déjà beaucoup trop dit).

Éric Reinhardt nous propose ici une sorte d'auto-roman, dans lequel il s'insère, à l'écriture impeccable, au style et au vocabulaire parfaitement maitrisé, même si parfois "cru" (descriptif des scènes d'amour, des violences psychologiques, des différents échanges sur Meetic, etc.). Il choisi d'évoquer un sujet quelques peu tabou, la violence conjugale. Personnellement la relation de cette femme avec son mari a fini par m'oppresser. Comment faire face à un manipulateur psychologique ? Comment un être humain peut anéantir une personnalité à ce point? Au fil du livre on a affaire à une héroïne qui se perd peu à peu dans ses contradictions. J'ai souvent eu envie de secouer Bénédicte !! "Mais réponds lui !!" "fais ta valise !!! ", elle a tellement eu d'occasions pour partir. Mais il y a les enfants, son mari la menace et surtout personne autour d'elle est au courant de ce qu'elle vit. J'avoue que ce roman m'a bousculé, m'a émue, m' a stupéfié. Je suis heureuse de l'avoir fini c'est comme si maintenant je pouvais respirer, comme si j'avais vécu une grande partie de ma lecture en apnée.

Ce roman est aussi un hommage à l'écriture. Par l'intermédiaire de son personnage, Éric Reinhardt nous prouve à quel point l'écriture est un don de soi et peut soigner tous les maux. Bénédicte soulage son mal être que par l'écriture, comme si elle osait vivre la vie qu'elle aurait souhaité.

"Quel bonheur que d'écrire, quel bonheur que de pouvoir, la nuit,souvent la nuit, s'introduire en soi et dépeindre ce qu'on y voit, ce qu'on y sent, ce qu'on entend que murmurent les souvenirs, la nostalgie ou le besoin de retrouver intacte sa propre grâce évanouie, évanouie dans la réalité mais bien vivante au fond de soi..."

- Bonne Lecture -

L'amour et les forêts, Eric Reinhardt, coll. Blanche, Gallimard.

Posté par The Lady à 23:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 21 avril 2015

Point lecture: "Wild" de Cheryl Strayed

Je consacre mon point lecture d'aujourd'hui au livre de Cheryl Strayed Wild publié une première fois aux États-Unis en mars 2012 et traduit dans plus de trente langues. J'ai choisi pour ma lecture la version poche publiée aux éditions 10/18 et sortie en septembre 2014.

Wild est le second ouvrage de Cheryl Strayed et probablement son plus intime récit à ce jour puiqu'il s'agit d'un récit autobiographique qu'elle a écrit suite à sa randonnée pédestre de 1700 kilomètres sur le Chemin des Crêtes du Pacifique, qu'elle a effectué seule à l'âge de 26 ans durant l'été 1995.

DSCN1274

 

Résumé: (extrait de la quatrième de couverture)

"Lorsque sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. Tout ce qu'elle sait c'est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune femme n'a aucune réponse, mais un point de fuite: tout quitter pour une randonnée sur le Chemin des Crêtes du Pacifique."

 

"Pour sauver ma peau, j'ai décidé de ne plus avoir peur et d'avancer", ces paroles de Cheryl résument parfaitement sa démarche: pourquoi partir seule face à la nature ? face à elle-même?

Perdue à la mort de sa mère, qu'elle chérissait et avec qui elle entretenait une relation extrêmement complice, Cheryl sombre. Mariée à un homme qui la comble au delà de ses espérances, elle le trompe à maintes reprises. Deuxième coup dur pour elle, puisqu'en apprenant ses infidélités son mari la quitte et demande le divorce après 7 ans de mariage. Au fil des mauvaises rencontres, elle sombre de plus en plus et tombe dans la drogue, jurant que ce n'est qu'une passade et qu'elle peut se sortir de ses addictions quand elle le veut.

Il lui faut un électro choc !! Elle prend conscience qu'elle ne va pas bien, mais accablée par la peine et le chagrin elle ne veut surtout plus rien ressentir. C'est sur un coup de tête et en tombant au hasard sur un guide évoquant le Chemin des Crêtes du Pacifique, qu'elle décide de partir faire une randonnée de 1700 kilomètres, seule, pour régler ses problèmes.

J'ai tout de même fait quelques recherches sur ce fameux chemin très connu aux États-unis et prisé des randonneurs américains.

plan pctLe Chemin des Crêtes du Pacifique plus communément appelé le "Pacific Crest Trail" ou "PCT" parcourt les États-Unis de la frontière mexicaine à la frontière canadienne en suivant les crêtes de la Sierra Nevada. Ce chemin traverse trois états (la Californie, l'Oregon, et l'état de Washington) et sept parcs nationaux. (cliquez sur le plan à droite pour l'agrandir)

Lors de son périple Cheryl va parcourir des paysages très différents (désert, hautes montagnes, forêts verdoyantes) et traverser des climats variés (chaleur extrême, neige, froid, trombes d'eau ...). Il faut être honnête, elle s'est très mal préparée à son voyage, à commencer par son sac qui est dix fois trop lourd pour elle:

"J'étais prête à commencer (...) j'ai (...) regardé mon sac. Il était à la fois énorme et compact, avec un côté adorable mais aussi une arrogance qui m'intimidait un peu. (...) Lorsqu'il était debout il m'arrivait à la taille. Je l'ai attrapé et je me suis penchée pour le soulever. Il n'a pas bougé. Je me suis accroupie, j'ai empoigné l'armature (...) il ne bougeait toujours pas. J'ai essayé à deux mains, les jambes fléchies, en le serrant dans les bras, en y mettant tout mon souffle, ma force et ma volonté (...) toujours rien. (...) Comment pourrais-je porter un sac sur plus de mille cinq cents kilomètres (..) si je ne parvenais même pas à le déplacer d'un millimètre dans une chambre climatisée?" (p.73)

Je dirais que ce sac est le premier fardeau de son périple. Surnommé le monstre par les autres randonneurs, ce sac va même jusqu'à la blesser dans sa chair, ses hanches sont meurtries chaque jour par le poids conséquent que ce sac lui inflige. Des callosités se forment alors sur le bas de ses hanches et le bas des ses reins. Second fardeau: ses chaussures. Elles sont beaucoup trop petites pour elle, à tel point qu'elle perd six ongles sur dix, comme elle aime le préciser d'ailleurs: "PCT: 6 points, Cheryl: 4."

insta cheryl strayed 02

 

à gauche: photo de Cheryl prise lors de son périple sur le PCT (source photo: instagram Cheryl Strayed).

Puis il y a aussi sa mère disparue qui l'accompagne dans ses pensées. Même loin de la civilisation tout la ramène à sa mère, un livre qu'elle feuillète, une chanson qu'elle fredonne. Elle finie par frôler la folie ! Jusqu'à ce qu'elle réalise un matin qu'elle a changé, qu'elle s'est endurcie, qu'elle a dépassé sa douleur, qu'elle peut maintenant vivre en paix avec ses regrets.

"Il est impossible de savoir pourquoi une chose arrive et pas une autre. Qu'es-ce qui mène à quoi? Qu'es-ce qui détruit quoi? Ou ce qui fait qu'une chose s'épanouie ou meurt ou suis un autre chemin. Et si je me pardonnais? Et si je regrettais? Mais si je pouvais revenir en arrière je ne ferais rien différemment (...) Et si l'héroïne m'avait appris quelque chose? Et si c'était toutes ces choses que j'ai faite qui m'ont conduite ici? Et si je ne pouvais jamais me racheter. Et si c'était déjà fait ?"

Au fil de ces trois mois et des rencontres qu'elle va faire sur ce chemin, Cheryl va mûrir. C'est comme une renaissance, elle va prendre conscience de ce qu'elle est vraiment. "J'ai mis des années à devenir la femme que ma mère a élevé. ça m'a pris quatre ans, sept mois et trois jours pour y arriver. Sans elle, après m'être égarée dans le dédale sauvage de mon chagrin, j'ai tracé ma propre voie pour sortir de la forêt."

Il est difficile pour moi de m'arrêter d'écrire, il y a tellement de chose à dire sur ce livre qui a été pour ma part la claque littéraire de ce début d'année 2015, peut-être pas pour le style mais du moins pour l'histoire. Car comment ne pas se sentir proche de Cheryl? Qui n'a jamais voulu tout plaquer? Partir pour se retrouver? Qui a déjà franchi le pas vers l'inconnu? Qui a déjà osé aller au delà de ses peurs? Cheryl l'a fait. Et malgré la tentation d'abandonner (qui la titille à peu près toutes les cinq minutes) elle continue jusqu'au bout guidée par cette citation d'Emily Dickinson "Si le courage t'abandonne, dépasse ton courage."

On se doute de l'issue de ce voyage. On a envie qu'elle réussisse son pari car nous lecteurs c'est un peu notre voyage aussi, notre réussite. Au delà de l'aspect spirituel de cette randonnée, Cheryl nous offre un voyage en pleine nature, plus efficace qu'un guide du routard, elle nous transporte dans une nature aux différents visages, parfois verdoyante, glacée, asséchée, un récit écrit de telle façon qu'on à l'impression de ressentir chaque goutte d'eau de pluie, chaque bourrasque de vent dans les arbres ...

crater lake oregon pacific cret trail oregon

(Photos source Pinterest)

J'espère vous avoir donné envie de lire le livre. A noter qu'il existe une adaptation cinématographique sortie en décembre 2014 avec Reese Witherspoon dans le rôle de Cheryl Strayed. Pour être franche, le film n'arrive pas à la cheville du livre (malgré une bande son géniallissime) mais il est vrai que c'est toujours un exercice délicat de transposer au cinéma un livre de 500 pages en 1h50 de film ... à vous de juger ...

- Bonne lecture -

 


lundi 16 mars 2015

Idée Diy: la niche pour chat.

Petite idée "Do it yourself" du jour: la niche pour chat.

Voici une idée toute simple.

diy

Si comme moi vous avez un chat qui aime se cacher dans des endroits farfelus et cartons en tout genre, cette idée est faite pour vous.

Pour les fournitures, il va vous falloir:

  • un carton, d'une taille raisonnable, histoire qu'un chat même un peu dodu puisse rentrer dedans,
  • de la colle (avec un pistolet à colle c'est bien plus pratique),
  • un cutter,
  • pour la customisation: du papier peint, ou tissu (selon votre imagination soyons fou !!), ou même des griffoirs que vous pouvez coller sur l'une des parois du carton, etc.
  • du scotch (facultatif).
  • Un vieux coussin, et un vieux pull (pour le coté douillet).

Pour la réalisation il n'y a rien de plus simple,

  • Pour l'entrée de la niche: faites un trou assez grand sur l'une des faces du carton. Pour ma part j'ai pris modèle sur une assiette d'un diamètre de 23cm. Posez l'assiette au milieu de la face souhaitée, faites le tour de cette assiette avec un crayon à papier et découpez-la avec un cutter pour un résultat plus net et propre.
  • collez ou scotchez tous les cotés du carton entre eux histoire que toutes les faces se maintiennent bien entre elles,
  • Customisez à votre convenance,
  • il n'y a plus qu'à tester le résultat avec votre chat...

La petite niche à chat à peine terminée est déjà adoptée ...La preuve en image ... Mon black cat est satisfait ...

Vous pouvez retrouver également quelques idées inspirantes et géniales sur Pinterest !! juste ici ...

 

Posté par The Lady à 20:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 12 mars 2015

Une crème au chocolat version point de croix

Qui veut du dessert ??  Aujourd'hui je vous propose un motif tout choco, un deux en un puisqu'il s'agit d'un point de croix facile à broder et d'une recette de cuisine gourmande ...

crème au chocolat

J'ai réalisé ce modèle sur une toile Aïda 5.5 de 45x40cm, avec 18 moulinés DMC, pour une broderie de 24.5x21.5 cm. J'ai trouvé ce motif dans le très beau magazine Point de croix magazine n°94 du mois de septembre/Octobre 2014 situé à la page 26.

point de croix

Maintenant il ne me reste plus qu'à passer en cuisine pour le reste de la recette ...

...

- Point de croix magazine, bimestriel, n°94, septembre/octobre 2014, 6E20.

mercredi 11 mars 2015

Point lecture: "Charlotte" de David Foenkinos

Le point lecture du jour est consacré au dernier roman de David Foenkinos, Charlotte, paru au mois d'aout 2014 et publié dans la collection Blanche de Gallimard. Grâce à cet ouvrage, l'auteur à remporté deux prix, le prix Renaudot 2014 ainsi que le prix Goncourt des lycéens 2014.

20141119-david-foenkinos-charlotte

Résumé (extrait du quatrième de couverture)

"Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'ue modenrité fascinante (...)"

Charlotte est le treizième roman de David Foenkinos. Il nous propose ici un récit bouleversant. Comment ne pas être marqué par le destin tragique de cette artiste peintre juive née en 1917 et morte à son arrivée à Auschwitz le 10 octobre 1943, gazée certainement parce que trop faible pour travailler dans le camp en raison de sa grossesse. Elle avait seulement vingt-six ans et pourtant en parcourant sa vie au travers de ce livre, elle nous donne l'impression d'avoir vécu beaucoup plus longtemps. Issue d'une famille juive bourgeoise, elle connait de terribles tragédies et ce depuis le plus jeune âge, comme si la mort rodait tout autour d'elle. Un mauvais karma ?? ... possible. Sa famille connait quelques troubles bipolaires avec de multiples suicides, c'est d'ailleurs presque une tradition familiale.

Adolescente, elle se découvre artiste, elle peint, beaucoup, son talent est finalement repéré, mais étant juive elle n'a pas le droit à la reconnaissance. Elle est mise à l'écart tout d'abord de la notoriété puis petit à petit de toutes les sphères de la société. Ce qui la sauve au début c'est sa ressemblance avec une aryenne, elle peut encore prendre un simple verre sur une terrasse de café, vivre ... mais la boule au ventre, l'étau se resserre... C'est le début de l'oppression. On découvre d'ailleurs comment la société artistique juive de l'époque essaie de survivre tant bien que mal face à la montée des nazis. Certains réussiront à fuir vers les Etats-Unis, les Pays - Bas, d'autres seront déportés ...

Charlotte_Salomon

Charlotte est envoyée par ses parents dans le sud de la France, où elle est accueillie à Nice, par Ottilie, une américaine qui héberge des juifs notamment des enfants. Elle rejoint alors ses grands-parents qui eux aussi vivent chez l'américaine.  Ce sera sa perte. Elle est déportée une première fois avec son grand-père, elle est confrontée une première fois à l'horreur humaine. Elle est finalement sauvée. Elle échappe une seconde fois à une déportation grâce à un policier français qui lui demande de s'enfuir. Elle est déportée une troisième fois, suite à la dénonciation d'une voisine ou d'un voisin, cette fois-ci c'est à Auschwitz ... Elle et son compagnon partent pour le camp de la mort.

Avant sa déportation "définitive" elle réalise l'Oeuvre, SON OEUVRE. Vie? ou Théâtre? tel est le nom de cette autobiographie artistique où se mêle l'écriture, la peinture, la musique. Cette oeuvre est composée de 784 gouaches de figures et de mots peints, réalisées dans l'urgence entre l'été 1940 et 1942. Se sentant en danger de mort, elle confie cette oeuvre au Docteur Moridis en lui disant "C'est toute ma vie" ... elle a un besoin de transmettre ce qui lui reste, à savoir ses souvenirs, peut- être pour exister encore bien après la mort, pour perdurer dans le temps.

Mais Charlotte c'est aussi l'obsession d'un auteur pour son sujet. David Foenkinos se met en scène dans son ouvrage, il se lance sur les traces de Charlotte, comme un jeu de pistes, il recherche des indices, comme pour entrer en connection avec l'artiste, pour se rapprocher d'elle un peu plus. Il lui rend hommage. ... Cette obsession il l'a manifeste par l'écriture. Il choisi de rédiger son texte en prose, tel un poème. J'avoue que j'ai été dérangé par cette mise en page, il m'a fallu un peu de temps pour adapter ma lecture. Mais pourquoi avoir choisi ce mode de rédaction?  Justement il se justifie: "Pendant des années j'ai pris des notes, j'ai parcouru son oeuvre sans cesse (...) j'ai tenté d'écrire ce livre tant de fois! (...) Devais-je romancer son histoire? (...) je commençais, j'essayais puis j'abandonnais (...)C'était une sensation physique, une oppression, j'éprouvais la nécessite d'aller à la ligne pour respirer. Alors j'ai compris qu'il fallait l'écrire ainsi."

Charlotte-Salomon-Leben-oder-Theater

J'ai été très émue en lisant son histoire, certains passages m'ont fait froid dans le dos. Comment vivre face à la persécution constante des nazis. Comment garder confiance en l'humanité?  et comment avoir confiance en son prochain? (Elle en a vécue des trahisons). C'est difficile de parler du livre sans vous spoilier toute l'histoire, il y a tant de choses à dire. Tant de paradoxe aussi. Car c'est en vivant presque libre, sortant dans la rue aux yeux même des nazis, qu'ils l'a laisseront tranquille. C'est en vivant reclue, et cachée qu'elle sera dénoncée ...

J'espère vous avoir donné envie de découvrir cet ouvrage ou du moins d'avoir éveillé en vous un intérêt pour cette artiste partie bien trop jeune...

 

David Foenkinos, Charlotte, collection Blanche, Gallimard, 221p. , 18E50.

Posté par The Lady à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 2 mars 2015

Points de croix - projets finis.

Hello la jeunesse,

J'étoffe aujourd'hui ma catégorie broderie en vous présentant quelques-uns de mes travaux finis réalisés aux points de croix. Petit à petit j'avance, doucement mais sûrement, alors je vous fait partager tout ça ...

Pour la première broderie il s'agit d'une africaine que j'ai réalisé à partir d'un kit de broderie de la très belle marque Lanarte, sur une toile étamine marbrée/orangée de 31x55cm.

DSCN0974

Quelques détails supplémentaires:

DSCN0977  DSCN0976

Les kits de la marque Lanarte sont absolument magnifiques et aussi plutôt simple à réaliser (grilles très bien présentées et claires). Pour ce qui est de mon africaine seul le fil doré a été un peu délicat à broder mais d'un point de vu général elle a été assez rapide à confectionner. Je pense qu'une fois encadrée elle fera son petit effet !!! ...

Vous pouvez retrouver ce modèle sur ces sites:

Lanarte

La maison du canevas

 

J'ai réalisé mon second ouvrage sur une toile de lin de 20x25cm de la marque Points de repères. Je me souviens avoir trouvé ce modèle en soldes dans une petite boutique de loisirs créatifs. C'est une toute petite toile représentant des citrons qui, une fois encadrée, peut trouver sa place dans une cuisine. Je trouve que ce motif a un petit air de provence ...

DSCN0972  DSCN0973

Pour ce qui est de mes petits projets de broderies se sera tout pour le moment, mais d'autres arriveront prochainement ...

... xoxo...

vendredi 27 février 2015

Point lecture: "La part de l'autre" d'Eric-Emmanuel Schmitt.

 

Je choisis d'ouvrir aujourd'hui cette section lecture avec un livre d'Eric-Emmanuel Schmitt La Part de L'autre publié en 2001.

 

la part de l'autre

Résumé (extrait de la quatrième de couverture):

8 octobre 1908: Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'Ecole des Beaux-Arts de Vienne en avait décidé autrement? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artistes?

Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné, Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde ...

 

Eric-Emmanuel Schmitt nous présente ici deux histoires, deux mondes qui évoluent parallèlement avec un même personnage. Ce personnage n'est pas anodin puisqu'il s'agit d'Hitler. Par ces deux homonymes, l'auteur tente de nous démontrer que nous évoluons en tant qu'individu, vers le bien ou le mal , en fonction des choix et des décisions que nous prenons quotidiennement.

D'un côté nous avons Adolf Hitler, quatorzième chancelier de l'Allemagne, dictateur nazi et exterminateur des juifs (en même temps es-ce besoin de le préciser ...). Il est recalé deux fois à l'Académie des Beaux Arts de Vienne. Il considère cet échec comme une véritable humiliation. Il ne se remet aucunement en question, ni lui, ni son travail est à juger, pour lui c'est l'Académie qui ne sait pas reconnaître son "génie". Il devient vagabond, marginal, se construit une fausse identité artistique. Puis il est appelé à la guerre, la première guerre mondiale, et y trouve son Salut, sa vocation. La défaite de l'Allemagne face à la France et à l'Angleterre va être le point de départ de sa personnalité politique et militaire. Il se révèle pleinement tel que nous connaissons le personnage au travers des livres d'histoires (fou, machiavélique etc.)

Puis de l'autre côté nous avons Adolf H. L'auteur choisi ici de ne pas citer de nom de famille (histoire peut-être de bien séparer les deux personnalités). Cet Adolf là est choisi par l'Académie, il vit presque totalement de sa peinture, de son art, deviendra même pour certains un peintre de référence. Lui aussi connaît la première guerre mondiale, y participe, ne la comprend pas forcément. Il épouse une juive, lui fera deux beaux enfants. Sa vie est bercée par l'art, la culture, avec Paris comme capitale artistique de référence. Au travers de ce personnage, Eric-Emmanuel Schmitt propose ici une uchronie. Il prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l'issue. Par cet exercice l'auteur cherche à nous faire comprendre qu'on ne naît pas mauvais mais qu'on le devient. Il rejoint de ce fait la thèse de Jean-Paul Sartre sur l'existentialisme (rien n'est joué d'avance, chaque homme décide à chaque moment de l'orientation de sa vie, tout peut basculer, les hommes se réinventent perpétuellement).

Pourquoi avoir choisi Hitler? un sujet presque tabou ... L'auteur se justifie "Je vais décrire ce qui me repousse" et ajoute "(...) C'est un être banal. Banal comme le mal. Banal comme toi et moi. Ce pourrait être toi, ce pourrait être moi. Qui sait d'ailleurs si demain ce ne sera pas toi ou moi? Qui peut se croire définitivement à l'abri? A l'abri d'un raisonnement faux, du simplisme, de l'entêtement ou du mal infligé au nom de ce qu'on croit le bien? (...).

Au-delà de la thèse philosophique, cet ouvrage est un véritable petit bijou, passionnant, au style d'écriture impeccable. Eric-Emmanuel Schmitt nous tient en haleine tout le livre, aucun ennui ne vient perturber notre lecture. La langue française est maîtrisée et on sent bien le travail de documentation considérable qui a été effectué pour la rédaction de cet ouvrage.

Enfin si mon choix s'est porté sur ce livre c'est avant tout par curiosité (Que se serait-il passé si .... ???) J'aime les ouvrages d'Eric-Emmanuel Schmitt, j'avais donc pleine confiance, je savais que ma curiosité serait satisfaite par le schéma qu'il allait proposer. Au fond chacun peut s'imaginer une version de l'histoire. Si le destin d'Hitler avait basculé du "côté clair de la force" le visage du monde serait probablement totalement différent...

La Part de L'autre, Eric-Emmanuel Schmitt, Livre de Poche, 503 pages.

Posté par The Lady à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,