dimanche 27 septembre 2015

Point lecture: Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos.

le plus bel endroit du monde est ici

Ma revue lecture du jour est consacrée à un roman espagnol ayant pour titre évocateur: Le plus bel endroit du monde est ici. J'ai effectué ma lecture à partir de la version poche du livre publiée en juin 2014 aux éditions Pocket. Ce roman a été écrit par deux auteurs espagnols, Francesc Miralles et Care Santos. Le premier est connu comme journaliste et romancier spécialisé dans la psychologie et la spiritualité quant à la seconde, elle est spécialisée en littérature jeunesse et affectionne tout particulièrement les genres littéraires tels que la poésie et le conte.

- Résumé -

"Iris a trente six ans et des idées noires plein la tête: ses parents viennent de disparaître dans une tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même a en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d'un café auquel elle n'avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange Le plus  bel endroit du monde est ici éveille sa curiosité. L'intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d'un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel italien porteur d'une promesse: Le bonheur."

- L'histoire -

Le dimanche après-midi est un mauvais moment pour prendre des décisions, c'est pourtant le moment qu'Iris va choisir pour mettre fin à ses jours. Sur un pont, à deux doigts de passer à l'acte, elle est sauvée in extremis par un enfant qui veut lui faire peur en éclatant son ballon de baudruche. Il part en riant avec toute son innocence d'enfant bien loin d'imaginer et de réaliser qu'il vient de sauver la vie à une jeune femme accablée par le chagrin. Car la vie d'Iris n'est pas simple, elle vient de vivre une tragédie, la perte de ses parents. En les perdant, elle a aussi laissé partir son envie de vivre, elle est comme morte à l'intérieur et reste ancrée à cet évènement tragique. Elle n'avance plus et s'engouffre petit à petit dans le passé et le souvenir.

C'est l'éclatement du ballon qui va lui donner un coup de fouet. Es-ce un signe pour reprendre sa vie en main? On pourrait croire qu'il n'y a pas de hasard surtout lorsque l'on apprend que l'enfant au ballon s'appelle Angel ... Un signe des anges peut-être pour indiquer à Iris qu'un ange bienveillant veille sur elle.  Et c'est justement en suivant cet enfant du regard qu'elle découvre cette enseigne étrange, Le plus bel endroit du monde est ici ... (Franchement un café qui porte ce nom vous y entrez forcément ).

Elle choisit de rentrer dans ce café, poussée par la curiosité. C'est un café un peu étrange, loin d'être un lieu conventionnel, il possède six tables aux pouvoirs magiques. Iris va s'y rendre chaque jour pendant une semaine et va faire une rencontre déterminante. Elle va tout d'abord rencontrer le barman, un être quelque peu étrange, aux cheveux gris longs, il se veut magicien, illusionniste, il est là pour la guider sans la priver de son libre-arbitre. Puis elle rencontre Luca, le bel italien, et ne tarde pas à éprouver plus que de l'amitié pour lui. Elle entretient avec lui quelques longues conversations sur la vie et sur le bonheur. Luca lui enseigne notamment l'art du Haiku, petit poème japonais où il s'agit de dire le maximum en un minimum de mots. Luca va lui ouvrir les yeux sur la vie, et lui apprendre que peu importe les épreuves que nous devons traverser, il faut continuer à avancer, et entreprendre chaque chose avec positivité.

- Ce que j'en pense -

Très franchement l'histoire est plutôt fade est plate, il n'y a pas de rebondissement particulier et encore moins de suspens. Mais l'importance de l'histoire se situe ailleurs. A la lecture du roman, on a l'impression que l'on a affaire à un coach de vie, qui sert à notre développement personnel. On se sent proche d'Iris, on s'identifie à son malheur, car on a tous été un jour où l'autre confronté à la perte de proche. Comment faire face ? On réagit tous à notre façon, par rapport à notre expérience, notre vécu, notre façon d'appréhender la vie.

C'est un roman à découvrir qui offre au lecteur les clés nécessaires pour accéder à de bonnes pensées positives et prendre la vie du bon côté. C'est un conte philosophique où l'on suit Iris dans son cheminement personnel, vers la quête d'un bonheur simple qui est tout près d'elle.

- Quelques citations -

Je choisis de conclure ma revue lecture par quelques citations issues du roman, celles qui m'ont particulièrement marqué ...

"D'après les spécialistes, nous élaborons chaque jour environ soixante mille pensées. Positives ou négatives, banales ou profondes, il n'y a pas à les juger: elles sont comparables à des nuages qui passent. Nous sommes responsables de nos actes, pas de nos pensées. C'est pourquoi, lorsqu'une idée t'angoisse, apposes-y l'étiquette "pensée" et laisse-la filer." p.24.

"La vie (...) nous apprend quelque chose sur le bonheur: on ne peut le ressentir dans toute son intensité que lorsqu'on est déjà tombé très bas ou monté très haut, pour la bonne raison qu'il s'agit d'un jeu de contrastes. Ceux qui nagent toujours dans le spectre moyen des émotions ne connaîtront jamais l'essence de la vie. Voilà l'enseignement du puits: il faut parfois toucher le fond pour saisir l'immensité du ciel."p.51.

"Bonnes nouvelles. N'oublie jamais ceci: tout sentiment a son pendant. Se sentir malheureux prouve que l'on est capable de se réjouir. C'est une bonne nouvelle. Quand tu es seul, tu te rends compte à quel point tu serais bien en compagnie de quelqu'un. C'est une bonne nouvelle. Il te faut souffrir pour apprécier le bonheur de n'avoir ma nulle part. C'est une bonne nouvelle. Voilà pourquoi il ne faut jamais craindre la tristesse, ni la solitude, ni la douleur car elle sont la preuve que la joie, l'amour et la sérénité existent. Ce sont de bonnes nouvelles." p.54.

 

Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos, aux éditions Pocket, 187p.

 


lundi 21 septembre 2015

[Journées du Patrimoine 2015] Le Prieuré de Saint-Cosme.

02

A l'occasion de la trente deuxième édition des Journées du Patrimoine, le Prieuré de Saint-Cosme a ouvert gratuitement ses portes au public. Ce prieuré, aussi appelé Prieuré de Ronsard, est situé sur une ancienne île de la Loire sur la commune de La Riche à seulement 10 minutes du centre-ville de Tours.

01

L'histoire de ce monastère a été révélé par de très longues fouilles archéologiques réalisées en 2009-2010.

03

Ce prieuré est également connu dans la région pour avoir été la dernière demeure de Pierre de Ronsard (1524-1585) qui en fut prieur de 1565 à 1585. Il est d'ailleurs inhumé dans l'ancienne église du prieuré.

15

- Le buste de Pierre de Ronsard -

Célébrés chaque année par l'organisation des journées de la Rose les jardins sont actuellement remaniés dans un style plus contemporain afin d'offrir au public une visite du parc au travers de douze "espaces-jardins" qui répondront tous à un thème défini.

04

Pour avoir fait de nombreuses visites au Prieuré j'avoue que cette nouvelle configuration m'a surprise, j'ai toujours connu le site "envahi" d'une multitude de rosiers, pour la plupart grimpants sur de somptueuses pergolas. Il me tarde de voir au printemps prochain le nouveau "visage végétal" de cette demeure... J'espère ne pas rester sur ma déception.

09

07

10

l'intérieur du réfectoire roman

08

11

Une visite tout de même agréable, et ce malgré le monde, c'est probablement l'une des dernières escapades sous le soleil tourangeau, car oui en Touraine même lorsqu'il fait beau il y a toujours quelques nuages qui traînent ...

06

05

Autumn is coming ...

©Photos TheLadyandtheBlackCat non libres de droits

lundi 14 septembre 2015

Une balade en Touraine: Le château du Rivau et ses jardins de contes de fées.

couv

Le 13 septembre dernier a eu lieu, au château du Rivau, la quinzième édition de la Fête de la Citrouille avec au programme des réjouissances: des animations pour les petits et les grands (dégustations, ateliers maquillage pour les enfants, lectures de contes, initiations musicales, vente de curcubitacées...). L'occasion idéale de découvrir ou redécouvrir une cinquantaine de variétés de curcubitacées (du potiron en passant par la courge spaghetti jusqu'au butternut) présentes au Rivau, ou de peaufiner sa future décoration d'Halloween.

DSCN2772

DSCN2776

Cette manifestation m'a aussi permis de découvrir le château du Rivau et ses beaux jardins de contes de fées ...

Petite visite ...

Le château du Rivau est située en Indre-et-Loire, à dix kilomètres de la ville de Chinon, dans la commune de Lémeré. Situé en plein champ, le Rivau est une demeure à plusieurs visages. Tout d'abord c'est une forteresse, reconnaissable grâce à des donjons, des douves et un pont-levis (encore en fonctionnement), mais c'est également un château d'agrément entouré de magnifiques jardins.

DSCN2901

Le château et le potager de Gargantua

          - Les jardins -

Le château est entouré de quatorze jardins évoquant chacun un thème inspiré de légendes merveilleuses du moyen-âge. Ainsi nous pouvons déambuler dans le potager de Gargantua, le jardin du petit Poucet, le jardin des Philtres d'amour ou encore le jardin de la princesse Raiponce.

DSCN2896

La tour de Raiponce

DSCN2884

L'entrée du jardin des philtres d'amour

DSCN2868

Une partie de l'allée des fées

DSCN2851

          - Lorsque l'art sous toutes ses formes s'invite au château -

Dans les différentes salles du château, accessibles au public, on découvre l'exposition Chimères et merveilles qui regroupe une cinquantaine d'oeuvres représentant toutes des êtres hybrides, des créatures fantastiques, étranges, et extravagantes.

DSCN2782

l'entrée du château accessible au public

DSCN2787

Pour celles et ceux qui connaissent la série Hannibal, ça ne vous rappelle rien ?

DSCN2814

La Chasse sucrée de Karine Bonneval

DSCN2800

DSCN2806

La Dame aux mouchoirs de Céline Clérion

Les jardins servent aussi à l'art puisque durant notre visite nous rencontrons les oeuvres de Lilian Bourgeat, Nicole Tran Ba Vang  et Basserode entre autres ...

DSCN2844

Les bottes de Lilian Bourgeat

DSCN2854

La forêt qui marche de Basserode

Une magnifique visite qui mélange architecture médiévale, contes de fées et art contemporain. Les jardins sont, parait-il, très agréables aussi à visiter au printemps puisque c'est à cette saison que les 450 espèces de rosiers prennent naissance, ce qui a d'ailleurs permis au Rivau d'être classé Jardin Remarquable par le ministère de la culture.

DSCN2865

DSCN2886

Quelques clichés du très coloré Potager de Gargantua pour finir ...

DSCN2900

DSCN2904

DSCN2906

DSCN2907

DSCN2908

Pour plus d'informations sur le château du Rivau cliquez ici, et n'oubliez pas que les journées du Patrimoine se déroulent le week-end prochain, une bonne occasion d'aller flâner dans les jardins du château et de croire, pourquoi pas, pendant quelques heures aux contes de fées ...

©Photos TheLadyandtheBlackCat non libres de droits

dimanche 13 septembre 2015

Point lecture: La fille du train de Paula Hawkins.

DSCN2765

-  Testé et approuvé par Monsieur Chat -

Ma petite revue lecture du jour est consacrée à La fille du train , le premier roman de la journaliste londonienne Paula Hawkins. Ce roman est sorti en mai 2015 et travaillant à proximité d'un point presse/librairie j'ai tout de suite été attirée par sa couverture (ce livre m'a fait de l'oeil durant deux semaines !!) ... Es-ce le titre? Le train qui m'a attiré ? Bref allez comprendre ... J'avais déjà envie de le lire avant même d'avoir lu le quatrième de couverture ou d'entendre toute la déferlante médiatique autour de son succès. Car oui à en croire les chiffres La fille du train est le succès "thriller" de cet été 2015. En France, grâce au bouche à oreille et à une très bonne campagne de pub en kiosque et dans les gares, le roman s'est écoulé à quelques 200 000 exemplaires et ce après cinq réimpressions. C'est sans parler du succès du livre outre-atlantique et en Angleterre (Spielberg serait sur le coup!). Plutôt bien pour un premier roman (J.K Rowling fais gaffe tu as de la concurrence!!)

          - Mais de quoi s'agit-il exactement? -

Résumé: "Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour: le 8h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu'elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il la trompe, avant qu'il la quitte. Rien d'exceptionnel, non, juste un couple qui s'aime. Jusqu'à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason? Que se passe-t'il? Jess tromperait-elle son mari? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d'en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell a mystérieusement disparu (...)."

Construit comme un journal intime le roman regroupe le témoignage de trois femmes, Rachel, Megan et Anna. Trois personnages liés par une seule et même intrigue.

   - Rachel: C'est le personnage principal, l'anti-héroïne par excellence. Alcoolique, divorcée depuis deux ans, un tantinet dépressive, sans un sous, hébergée par une amie. Elle prend ce train deux fois par jour et à chaque fois elle attend avec impatience de passer devant cette jolie maison, elle s'évade devant le quotidien de ce jeune couple, Megan et Scott qu'elle rebaptise Jess et Jason. Depuis son divorce, sa vie lui échappe, elle a perdu totalement confiance en elle. Ses crises d'alcoolisme n'arrangent rien, sous l'emprise de l'alcool elle ne se contrôle plus (elle harcèle son ex-mari, elle a des pertes de mémoire et perd son travail). Alors elle s'imagine une vie au travers de ce couple, une vie parfaite, dans une maison parfaite, la vie qu'elle avait avant ! Une vie en toute quiétude où tout se résume à observer les trains qui passent assise sur une terrasse avec un bon café, entourée d'un mari aimant... Jusqu'au jour où celle a qui elle s'identifie dérape et disparaît ...

   - Megan: C'est une ancienne galériste. Elle s'est installée avec son mari Scott, dans cette charmante maison en contrebas de la voie ferrée. Elle est sans emploi, puisque la galerie où elle travaillait à fermer. Une nouvelle vie qui ne lui correspond pas vraiment. La jeune femme s'ennuie, tourne en rond. C'est une personnalité fragile au passé trouble, de plus elle est très souvent surveillée par son mari qui épie le moindre de ses déplacements. Pour occuper ses journées, elle fait un peu de babysitting en gardant le bébé de ses voisins Anna et Tom. Mais le coeur n'y est pas et elle semble cacher de nombreuses blessures. Elle est bien loin de l'image idyllique que Rachel s'imagine.

   - Anna: c'est la troisième femme importante de l'histoire. Elle est la femme de Tom (ex-mari de Rachel). Elle déteste Rachel, et c'est réciproque ! Elle cherche à tout prix à protéger son couple et son foyer de cette ex-femme alcoolique et envahissante. Anna a tout prit à Rachel !! Son homme, son couple et même sa maison.

Bref vous l'avez compris, trois femmes reliées les unes aux autres par un présent ou un passé commun.

          - Ce que j'en pense -

Je ne peux malheureusement pas vous en dire beaucoup plus sans risquer de spoiler tout l'intrigue (je marche sur des oeufs là !!). Ce qui est sûr c'est que j'ai été prise par ma lecture dès le départ !! L'écriture est faite de telle sorte que l'histoire devient une obsession pour le lecteur. On partage le sentiment de Rachel, obsédée par ce qui est arrivé à Megan, elle ne lâchera pas l'affaire mais n'oubliera pas ses vieux démons pour autant. Les trois témoignages, ces morceaux de vie, sont comme des puzzles qui vont nous aider à reconstituer les faits mais aussi à découvrir la véritable face cachée de ces personnages plus complexes qu'ils n'y paraissent ... Parfois c'est bien aussi de ne pas chercher à savoir.

Ce roman nous renvoie aussi à ce que nous avons de plus humain, notre côté "voyeur" ... Qui n'a jamais imaginé ce qui peut se passer derrière une fenêtre éclairée? ... Comme le signale Paula Hawkins en introduction à son roman: "Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde: chaque matin et chaque soir nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique; nous observons d'un oeil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d'un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir."

          - Un roman aux allures Hitchcockiennes ? -

A la lecture de ce livre j'ai eu en tête un film d'Hitchcock avec Grâce Kelly, Fenêtre sur cour. Pourquoi me direz-vous ? Il n'y a aucun train dans ce film ! Vous allez comprendre avec ce qui suit. Fenêtre sur cour est l'histoire d'un photographe qui, à la suite d'un accident, se retrouve bloqué chez lui dans une chaise roulante le temps de sa convalescence. Sa véritable occupation se résume à observer ses voisins dans l'immeuble d'en face. Une nuit il va assister à une scène étrange, il pense avoir vu son voisin d'en face tuer sa femme. Dès lors il va mener une enquête avec pour preuve les seules scènes auxquelles il assiste de sa fenêtre. L'enquête tourne à l'obsession, personne ne le croit et pourtant il réussit à convaincre sa petite amie (Grâce Kelly) de pénétrer par effraction dans l'appartement du présumé coupable afin de récolter des preuves ...

Bande annonce - Fenêtre sur cour

 

Bref je ne sais pas si Paula Hawkins a particulièrement pensé à ce film en écrivant son roman mais j'ai trouvé le rapprochement assez sympa :) ...

          - Pour conclure -

La fille du train est un excellent thriller, j'ai été toute chonchon d'avoir fini ma lecture, je suis encore sous l'emprise de cette histoire. Je suis assez curieuse de voir comment le roman va être adapté au cinéma. J'aurais d'ailleurs préféré que David Fincher (Seven, Fight Club, Gone girl) se penche sur la réalisation du film plutôt que Spielberg. J'avais adoré l'adaptation qu'il avait fait de Millénium (avec Rooney Mara et Daniel Craig) et je pense que son style sombre et violent refléterait parfaitement l'univers et l'atmosphère du roman ... De plus Rooney Mara ferait une Megan parfaite avec cette beauté si fragile et cette sensibilité à fleur de peau qui la caractérise tant ... (Après j'dis ça, j'dis rien) ...

Millénium - Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - Bande Annonce VOST

Sur ce bonne lecture -

La fille du train, de Paula Hawkins, aux éditions Sonatine, 379p. 21€.

mardi 8 septembre 2015

Wishlist #1 - La liste de mes envies lectures.

couv'

Aujourd'hui petite nouveauté sur le blog avec la création d'une Wishlist (une liste de souhaits en français dans le texte !).

Cette première Wishlist est consacrée à mes envies lectures. Étant très curieuse de nature, dès qu'un livre m'interpelle je note le titre et l'auteur pour pouvoir me le procurer plus tard. Puisque je fais ça depuis de nombreuses années inutile de vous préciser que je tiens plusieurs carnets contenant uniquement des titres d'ouvrages (tous genres confondus) et des noms d'auteurs. Mais, il faut savoir parfois être raisonnable (ah si j'étais riche !!) et j'ai déjà un nombre conséquent d'ouvrages à lire !! C'est donc en feuilletant un de mes "précieux" petits carnets que je me suis dit que je pouvais bien partager avec vous quelques références (oui je suis comme ça j'suis généreuse !). Après tout l'été est bel et bien fini (ah si si !!), les premières fraîcheurs sont déjà là et un bon livre pour accompagner une soirée cocooning est toujours le bienvenu.

Je vous laisse découvrir cette liste de cinq livres avec résumés à l'appui.

 

          - Epépé de Ferenc Karinthy -

épépé

Genre: Roman.

Résumé: " Un linguiste nommé Budai s'endort dans l'avion qui le mène à Helsinki pour un congrès. Mystérieusement, l'appareil atterrit ailleurs, dans une ville immense et inconnue de lui. Surtout, la langue qu'on y parle lui est parfaitement inintelligible. Ni la science de Budai (il maîtrise plusieurs dizaines de langues), ni ses méthodes de déchiffrement les plus éprouvées ne lui permettent de saisir un traître mot du parler local. Tandis qu'il cherche désespérément à retrouver sa route, le mur d'incompréhension se resserre. (...) Cauchemar oppressant et férocement drôle, Epépé réveille en nous la plus forte des hantises: devenir étranger au monde qui nous est le plus familier."

J'ai découvert ce livre il y a quelques années lors d'un stage en librairie. J'avais pu l'emprunter et j'avais absolument adoré l'histoire !! Je n'ai pas encore pu me le procurer malheureusement...

Référence: Ferenc Karinthy, Epépé, Editions Zulma, 288 p., 9€95 (version poche).

 

- It d'Alexa Chung -

it

Genre: autobiographie, mode, make-up.

Alexa Chung, la It-Girl du moment (j'en ai déjà parlé ici) nous propose dans son premier livre It de nous faire partager ses inspirations (des Spice Girls à Jane Birkin), son sens éclectique du style, ses débuts dans le mannequinat, tout cela accompagné de photographies perso, de croquis et de textes.

Je ne sais toujours pas s'il existe une version française ou s'il est prévu d'en sortir une ...

Référence: Alexa Chung, It, Editions Particular Books, 192 p., 15€.

 

- L'enfant qui venait d'un livre de Didier Van Cauwelaert -

lenfant qui venait dun livre

Genre: Romanga.

Résumé: "Louise, hôtesse d'accueil dans un salon du livre, est abordée par un petit garçon perdu. Quand elle lui demande son nom, il lui montre un manga, Zédérem, dont le héros lui ressemble. Qui est-il ? Un personnage de fiction matérialisé, le fils caché du dessinateur, ou bien un imposteur aux abois, un mythomane qui essaie de se faire adopter par tous les moyens? Ballottée de mensonges en illusions à travers des dangers bien réels, Louise s'efforce de découvrir le secret de cet enfant inconnu. Quelle vérité fuit-il dans l'imaginaire? "

On retrouve ici un livre d'un nouveau genre, le romanga, nous avons "physiquement" deux livres en un. D'un côté un roman et de l'autre un manga, tous deux connectés par le scénario. Un roman atypique donc qui réunit les talents de Didier Van Cauwelaert à l'écriture, Patrick Serres au dessin et l'artiste peintre Soÿ à la peinture.

Référence: Didier Van Cauwelaert, L'enfant qui venait d'un livre, aux éditions Prisma, 22€.

 

- Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano -

ta deuxième vie

Genre: Roman.

Résumé: "Camille, trente huit ans et quart, a tout, semble-t'il pour être heureuse. Alors pourquoi a -t'elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps. Elle fonce! A travers des expériences étonnantes, créatives et riche de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves."

Sortie: 17 septembre 2015.

Livre que j'ai découvert en feuilletant le numéro 3 du magazine As You Like !

Référence: Raphaëlle Giordano, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une, éditions Eyrolles, 15€.

 

 - Happy Life de Jessica Alba -

happy life

Genre: Guide bien-être.

Résumé: "Quand elle est devenue maman, Jessica Alba, actrice américaine, s'est intéressée aux produits qu'elle achetait, à ce qu'elle mettait dans son assiette, à ce qu'elle donnait à sa fille. Elle a eu une prise de conscience et s'est rendue compte que bon nombre de ces produits étaient nocifs et non respectueux de l'environnement. Elle a alors décidé de modifier son mode de vie pour adopter des pratiques plus écologiques et saines."

D'abord sorti aux États-Unis sous le titre "The Honest Life" je suis ravie de voir que son livre est enfin disponible en français.

Référence: Jessica Alba, Happy Life, la vie tout simplement, éditions Carnet de Style Marabout, 16€90.

 

Ma petite sélection s'arrête donc ici. J'espère vous avoir mis l'eau à la bouche, perso si je m'écoutais j'irais tous les acquérir de suite !!

Bonne lecture à tous et à toutes et n'oubliez pas qu' "un livre c'est la naissance d'un voyage, le tracé d'un itinéraire" (J.R.R Tolkien).

 


mercredi 2 septembre 2015

Une balade en Touraine: Le musée Balzac à Saché.

"Je demeurai quelques jours dans une chambre dont les fenêtres donnent sur ce vallon tranquille et solitaire dont je vous ai parlé. C'est un vaste pli de terrain bordé par des chênes deux fois centenaires, et où par les grandes pluies coule un torrent."

Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée.

couv

Pendant que certain(e)s d'entre vous reprennent le chemin de l'école ou la grisaille du boulot et bien moi je continue mes petites virées tourangelles et évidemment je compte bien vous les faire partager.

Aujourd'hui nous allons rendre une petite visite à Honoré de Balzac dans le musée qui lui est consacré au Château de Saché. Saché est une petite commune de 1300 habitants située en Indre et Loire à une trentaine de kilomètres de Tours.

          - Un peu d'histoire -

Le château de Saché est à l'origine un logis de la Renaissance qui a été mis au goût du XIXè siècle par les propriétaires de l'époque Jean Margonne (1780-1858) et Anne de Savary (1783-1841), cousins germains qui ont contracté un mariage d'intérêt afin de conserver le patrimoine familial. C'est durant cette période qu'Honoré de Balzac va régulièrement séjourné au château pour y écrire ce qui constituera la majeure partie de son oeuvre littéraire.

couv02

En 1926, la propriété est rachetée par Paul Métadier (1872-1956) pour compléter son domaine forestier du château de Valesne où il demeure. C'est dans les années 30 que Paul Métadier envisage de créer dans le château un lieu de résidence d'écrivains. Son projet va connaître un très léger changement puisque son fils (Bernard-Paul Métadier), véritable passionné de Balzac, lui conseille la création d'un musée dédié à l'auteur. C'est en 1951 que le musée Balzac voit le jour.

01

"Je voudrais redonner à cette demeure tout l'attrait qu'elle mérite en y créant un musée. Sans doute existe-t'il d'autres musées balzaciens; mais Saché aurait le charme particulier d'un cadre essentiellement romantique, qui est resté tel qu'il était il y a un siècle. Les vieilles pierres de cette maison sont encore si imprégnées par l'esprit du géant des lettres qu'il y a bien peu de choses à faire au point de vue matériel pour redonner à Saché cette atmosphère émouvante que connaissent déjà de nombreux Tourangeaux."

Paul Métadier.

          - Honoré de Balzac et Saché -

Né à Tours en 1799, Honoré de Balzac suit ses parents à Paris à l'âge de 14 ans (il meurt dans la capitale en 1850). Criblé de dettes, souffrant de problèmes pulmonaires et cardiaques et fuyant les créanciers parisiens, Balzac vient séjourner régulièrement, de 1825 à 1848, au château de Saché chez l'ami de ses parents M. Jean Margonne.

parc01

Le château et son parc

Ici il trouve le calme et l'inspiration nécessaire pour rédiger entre autre des oeuvres telles que Le Père Goriot, Louis Lambert, Les Illusions perdues. Saché va également servir de cadre pour l'une de ses plus grandes oeuvres: Le Lys dans la vallée.

          - Le musée aujourd'hui -

La visite du musée se déroule sur trois niveaux: Un rez-de-chaussée, un premier et un deuxième étage.

   . Le rez-de-chaussée .

On y retrouve la salle de l'imprimerie qui évoque le premier métier de Balzac (imprimeur/éditeur) et la salle Rodin où sont exposées les très nombreuses études préparatoires de sculpture de Balzac par Rodin.

salle de l'imprimerie 01 salle de l'imprimerie 03

salle de l'imprimerie 02

Salle de l'imprimerie - Moulages en cuivre d'après les bois gravés originaux doublé de plomb et fixés sur une plaque de chêne.

salle rodin 01 salle rodin 02

à gauche l'entrée de la salle Rodin - à droite Honoré de Balzac par Anatole Marquet de Vasselot, Marbre, 1876.

salle rodin 03

à gauche, Balzac étude de nu C par Rodin, plâtre original, 1892.

à droite, Balzac torse en robe de moine par Rodin, plâtre original, 1893.

   . Le premier étage .

On retrouve au vestibule une galerie de portraits notamment des sculptures représentant Balzac et réalisées par des artistes tourangeaux.

vestibule

Paul Fournier, Honoré de Balzac, plâtre, vers 1885.

Une fois passé le vestibule, deux pièces s'offrent à notre visite. La première est la salle à manger où l'on peut admirer un décor mural reconstitué d'après les dominos de papier peint d'origine et une frise à scènes mythologiques qui a inspiré la description du décor du salon de la pension Vauquer dans Le Père Goriot.

la salle à manger

La seconde pièce est le Grand Salon où on peut y admirer un papier peint en trompe l'oeil préservé dans son intégralité. L'ameublement évoque l'atmosphère du château décrit dans le Lys dans la vallée.

le grand salon  le grand salon02

   . Le deuxième étage .

Le deuxième étage est constitué de plusieurs salles qui ont chacunes un thème bien défini.

La Salle du Lys: Elle présente les oeuvres et les documents qui retracent la vie de Balzac en Touraine.

la salle du lys

à gauche: Lithographie extraite des Illustrations modernes, 1836. Lithographie qui représente neuf vignettes évoquant les scènes-clés du roman Le Père Goriot.

à droite: Le Médecin par Honoré Daumier (dessin), lithographie, 1833.

la salle du lys02

à gauche: Honoré de Balzac d'après Louis Boulanger.

à droite: La comtesse Eveline Hanska et son chien d'après Ferdinand Georg Waldmuller. Mme Hanska a été la dernière épouse de Balzac.

La Salle Louis Lambert: on retrouve en exposition les documents et illustrations qui retracent la Genèse de la Comédie Humaine.

louis lambert

Caricature de Balzac

La Salle Béatrix: Gravures, illustrations, documents manuscrits sont exposés concernant la ville de Tours, les paysages de la Touraine et l'avis de Balzac sur les tourangeaux.

La salle Beatrix

La chambre de Balzac: Comme son nom l'indique, la chambre où Balzac écrivait ses oeuvres jusqu'à seize heures d'affilée certains jours.

chambre de balzac

          - Ce que j'en pense -

Nous avons eu la chance de faire notre visite sous un temps clément et ensoleillé. L'accueil de notre guide a été extrêmement sympathique et dynamique. Au delà de la visite, on peut entrer dans le parc, s'installer sur un banc, déguster une boisson chaude ou lire un bon livre. Une bonne atmosphère règne dans cette demeure, apaisante et sereine où nous sommes bercés par les rayons du soleil, le silence et les quelques bruits que nous renvoie la nature. A l'issue de cette visite je comprends encore mieux pourquoi Balzac aimait tant se réfugier ici. Un havre de paix comme je les apprécie.

parc02

Pour plus d'information cliquez ici.

photos: The Lady and the Black Cat

dimanche 30 août 2015

Point lecture: Une pluie sans fin de Michael Farris Smith.

une pluie sans fin

 

Chers lecteurs et lectrices je constate avec effroi que j'ai cumulé un léger retard dans mes petites revues littéraires. Je m'en vais corriger tout ça en vous parlant aujourd'hui du premier roman de Michael Farris-Smith: Une pluie sans fin.

C'est un roman post-apocalyptique parut aux éditions Super 8 et sorti en mai 2015.

Résumé: "L'ouragan Katrina n'était qu'un signe avant-coureur; après des années de catastrophes écologiques, le sud des États-Unis, de l'Alabama au Texas, s'apparente désormais à un véritable no man's land. Plutôt que de reconstruire sans cesse, le gouvernement a tracé une frontière et ordonné l'évacuation de la zone. Le sud de la limite est devenu une terre de non-droit ravagée en permanence par les tempêtes et les orages diluviens. Un royaume sans électricité, sans ressources et sans lois(...)."

D'un côté nous avons le personnage principal, Cohen, une sorte d'anti-héros isolé, qui a choisi de vivre au sud de la limite dans ce qui reste de la maison qu'il a construit avec sa femme. Il vit seul avec son chien et son cheval, seul face à ses vieux souvenirs qui le hantent et à la mémoire de celle qu'il n'a pas pu sauver (sa femme et l'enfant qu'elle portait).

De l'autre, on a une colonie de survivants menée par un fanatique: Aggie. Il se prend pour un prêcheur en récitant de nombreux versets de la Bible et prend son rôle tellement au sérieux qu'il s'improvise dans le rôle de Dieu en décidant de qui doit vivre ou mourir. Il "Chasse" les couples encore présents dans la zone, leur promet protection et travail, zigouille les maris et retient en otage les femmes afin qu'elles deviennent ses "ventres" puisqu'il les viole avec ses sbires pour repeupler la zone.

C'est une zone sans foi ni loi, ou toute forme de civilisation s'est complètement effondrée. Tout est pillé, maisons, casinos, supermarchés, l'appât du gain règne en maître (il parait que les casinos ont enterré leurs butins ... là ... Quelque part). Certains sont prêts à tuer pour une simple bouchée de pain ou à échanger la vie d'autrui contre un peu de gasoil. La nature a tout dévasté sur son passage, les seuls humains qui ont décidé de rester sont face à eux-même, face aux éléments, face à une nature humaine en perdition. Chacun réagit à la survie selon sa nature et franchement c'est pas joli-joli !!

Cohen, lui, cherche à s'en sortir, à rester en vie le plus longtemps possible mais ... dans la zone sinistrée car c'est ce qui lui permet de rester en "contact" avec sa femme disparue, par les objets, par les photos, par la maison, par les vêtements. Il s'enfonce peu à peu dans le regret, et c'est par un concours de circonstances qu'il va découvrir les magouilles d'Aggie et qu'il décide de sauver les femmes et les enfants qui sont retenus en otage et pourquoi pas finalement, de franchir la limite pour retrouver un semblant d'humanité et de vie.

Cette limite justement, une sorte de terre promise ou la civilisation existe encore (soi-disant). Mais qu'es-ce qui attend vraiment notre héros? Qui y'a t'il au-delà de cette frontière? Une vie meilleure est-elle encore possible dans une société qui a explosé?

          - Les comparaisons possibles -

A la lecture du roman je n'ai pas pu m'empêcher de faire quelques comparaisons telles que:

   . Mad Max .

Le personnage de Cohen renvoie à Max. Tous deux ont perdu femmes et enfants. Tous deux se retrouvent confronté à une société qui sombre dans le chaos. Tous deux sont seuls face au souvenir de ceux qu'ils n'ont pas pu sauver.

Le personnage d'Aggie peut faire référence à Immortoan Joe (Mad Max Fury Road). En effet ils ont les mêmes pratiques, ils utilisent les femmes comme "ventres" pour perdurer une humanité complètement désaxée et sans repères sains.

immortoan joe

Immortoan Joe ... Un homme fort sympathique ( ou pas).

   . The Walking Dead .

Étant une grande fan de la série certains points de comparaison m'ont sauté aux yeux:

Le personnage de Cohen peut se rapprocher de celui de Rick. Un héros, seul, isolé de tous qui tente de survivre malgré l'apocalypse.

L'aspect survie: Oui parce que c'est déjà pas facile facile de survivre à une horde de zombie ou à un ouragan dévastateur qu'il faut en plus se méfier des humains qui restent et qui rôdent aux alentours !!!

Le pillage des maisons, la recherche de nourriture, la loi du plus fort  constituent aussi de très bons points communs! Pour instaurer une communauté il faut savoir faire confiance à ceux que nous rencontrons, pas toujours évident quand les lois de la civilisation ont disparu et que la nature humaine montre son côté le plus sombre.

Walking Dead - trailer saison 1

          - Ce que j'en ai vraiment pensé -

Certains comparent le roman à du Faulkner, je n'irais pas jusque là ! Le style est plus que correct, mais honnêtement je me suis ennuyée durant une bonne partie du livre. L'histoire a du potentiel, et l'idée est juste génialissime, c'est d'ailleurs ce qui a convaincu ma lecture mais je m'attendais à plus d'actions, de tensions, de rebondissements et à plusieurs reprises j'ai eu l'impression que l'auteur tournait un peu en rond. Ce n'est qu'à la fin que j'ai vraiment apprécié le rythme de l'histoire comme si l'auteur commençait vraiment à exploiter son sujet.

C'est aussi un roman que l'on peut considérer comme écolo, puisqu'il a le rôle de nous faire prendre conscience des dangers du réchauffement climatique et de ce que la nature humaine est capable d'accomplir de pire. Franchement j'espère que ce n'est pas un roman "prémonitoire" sinon on est mal les enfants !!!

Sommes-nous, au final, une espèce en voie de disparition ? A méditer ...

Bonne lecture.

Une pluie sans fin de Michael Farris Smith, Super 8 éditions, 443 p. 20€.

lundi 24 août 2015

Une balade en Touraine: Le Parc de la Perraudière.

06

Je vous propose aujourd'hui une balade pluvieuse et matinale au Parc de la Perraudière situé à Saint-Cyr-sur-Loire dans les hauteurs de Tours (au nord de la Loire).

01

Le parc a été dessiné à la fin du XIXe siècle et s'étend sur cinq hectares (ce qui en fait le plus grand parc de la ville). Jadis la Perraudière appartenait aux Archevêques de Tours. Les vestiges du logis du XVe siècle subsistent encore aujourd'hui et constituent une partie de l'hôtel de ville.

18

Situé en hauteur le parc surplombe littéralement la Loire et offre une vue panoramique sur une partie de la ville de Tours. Ainsi c'est le seul parc dominant la Loire qui vient d'être classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

09

La Loire en contrebas et le clocher de l'église Sainte Julitte.

12

Au cours de ma promenade j'ai pu découvrir près de 120 espèces végétales, toutes étiquetées.

15

"L'arbre caramel" plutôt original comme nom

16

J'ai aussi croisé quelques animaux, enfin je les ai surtout entendu, puisqu'il y a en contrebas un petit parc animalier, mais il était un peu tôt pour tous les découvrir ...

14

A chaque fois que je me rends à Saint Cyr j'ai l'impression de me retrouver dans un paysage à la "Quality Street", dans un décor des années 1890, seul le passage des voitures me rappelle l'époque dans laquelle je me trouve réellement. C'est un petit voyage dans le temps, une rencontre avec la nature et ses habitants (à peine j'avais franchi l'entrée du parc que je croisais déjà un écureuil).

04

05

08

10

Un bel hommage de Balzac à la Touraine.

Aujourd'hui le Parc de la Perraudière abrite l'hôtel de ville de Saint-Cyr et offre un cadre sublime pour ceux qui s'y marient.

21

L'hôtel de ville avec les portraits sculptés d'Antoine Duprat et Louise de Savoie

19

20

De nombreuses manifestations sont également prévues tout au long de l'année comme Le Chapiteau du Livre, des séances de cinéma en plein air ou encore Natur'au coeur.

Ma visite s'est déroulée de bonne heure mais a été un peu contrariée par la pluie, du coup j'avais le parc pour moi toute seule, à l'abri des arbres. En espérant que la prochaine excursion sera plus ensoleillée...

03

02

jeudi 13 août 2015

J'ai adopté un chat noir et je le vis (très) bien.

05

Il y a un an, quasiment jour pour jour, on s'est lancé. Pourquoi on adopterait pas un chat ? On y réfléchit, on pèse le pour, le contre, on a conscience que c'est un engagement sur le long terme, que nous sommes en appartement et que notre chat ne pourra pas sortir à sa guise (route environnante). On se met alors en quête de notre futur petit chat, notre petite panthère, car on a, à ce moment là, un seul critère, une véritable exigence qui nous tient à coeur: on veut absolument un chat noir !

Mais pourquoi? Vous vous souvenez de la publicité Dulux Valentine, celle où une belle panthère noire regarde son "maître" repeindre le salon? Et bien nous c'était un peu notre rêve, avoir une belle panthère noire mais en format miniature. On s'est laissé séduire par cette belle fourrure noire et ces yeux ronds dorés qui vous regardent avec intensité.

Après plusieurs repérages et par le biais d'une association on fini par trouver notre petite boule de poils. Arbre à chats, tapis de jeux, coussins, tout est prêt pour sa nouvelle vie et son épanouissement. Mais on avait pas prévu la réaction des gens et leur commentaires sans queue ni tête: "Quoi? Vous avez adopté un chat noir ?? mais ça porte malheur!!!", "les chats noirs sont maléfiques, des chats de sorcières il va vous jeter un sort !!", "les chats noirs ont des problèmes psychologiques il sera difficile à gérer !!" Oui parce que l'humain est aussi capable de discrimination et de racisme même en ce qui concerne les animaux.

Du coup, je me suis interrogée et je me suis retrouvée face à une réalité complètement absurde !! les chats noirs sont les chats les moins adoptés en refuge et de manière générale, et sont les premiers à être euthanasié, justement à cause de leur couleur mais aussi à cause de mentalités trop ancrées dans des superstitions moyenâgeuses qui ont encore la peau dure (je rappelle que nous sommes en 2015).

Pour rappel le chat noir était considéré déjà par les Égyptiens (pourtant adorateurs des chats) comme un suppôt de Satan. Au moyen-âge et durant la chasse aux sorcières le seul fait de posséder un chat noir pouvait vous faire accuser de sorcellerie. Et encore je vous passe les légendes et les anecdotes totalement glauques sur ce pauvre matou.

04

Je vous présente Tyrone, mon beau chat noir ...

Au fil des siècles, sa réputation a quelque peu évolué. Le chat noir va inspirer de nombreux écrivains, peintres, artistes qui vont succomber à ses beaux yeux dorés. Comme par exemple Colette, qui n'hésite pas à faire parler ses chats noirs dans ses livres:"Noir dans le noir. Plus noir que le noir... Je n'ai pas besoin, pour disparaître, de me cacher; je cesse seulement d'exister, et j'éteins mes phares. Mais je fais mieux encore; je dépose mes deux phares d'or au ras du tapis, flottant dans l'air, visibles et insaisissables, et je m'en vais à mes affaires... C'est de la magie? Mais bien sur! Croyez vous qu'on soit noir à ce point, sans être sorcier?"

colette chat noir

Colette et son chat noir

henri matisse et son chat noir

Henri Matisse et son chat noir

Le chat noir inspire aussi des lieux. Le cabaret du Chat Noir fondé en novembre 1881 par Rodolphe Salis était situé sur la Butte Montmartre et doit son nom à un chat noir perdu sur le trottoir que Salis trouva durant les travaux du cabaret. Cet endroit était un lieu de rencontre du Tout-Paris. C'est pour assurer la promotion de son cabaret que Salis créa avec Emile Goudeau la Revue du Chat Noir dont les premiers numéros sortirent en 1882 ( on y trouve quelques signatures telles que celle de Verlaine, Léon Bloy). Cette revue était illustrée par Théophile Alexandre Steinlein qui a réalisé de nombreuses illustrations sur les chats noirs.

02   01

Quelques illustrations de Steinlein.

En réalité le chat noir est fascinant et doté d'une grande intelligence, je le constate chaque jour. Il nous observe, nous écoute, nous regarde avec insistance comme s'il lisait en nous, il sait se faire comprendre et je suis souvent surprise par la façon dont il s'exprime. Il perd son jouet sous un meuble il vient me chercher et m'emmène jusqu'à l'endroit concerné en me faisant comprendre où je dois regarder exactement. Il est aussi un ami, un parfait compagnon lorsque les jours sont un peu difficiles, il s'approche doucement et pose délicatement sa patoune sur mon épaule en guise de soutien.

Le chat noir ne porte pas malheur, c'est un "ap-porte-bonheur", il apporte la joie dans notre foyer, nous fait rire par ses facéties, nous apporte du réconfort par ses ronronnements et ses marques de soutien. C'est un membre à part entière de notre famille. C'est un chat absolument normal ... Comme quoi il faut toujours aller au-delà de la couleur.

03

Posté par The Lady à 19:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 8 août 2015

Le Clos Lucé, la dernière demeure de Léonard de Vinci.

DSCN0490

Je continue à vous faire découvrir les petites merveilles de ma région tourangelle en évoquant aujourd'hui la dernière demeure où vécut Léonard de Vinci: Le Clos Lucé.

DSCN0709

Le Clos Lucé, autrefois appelé le Château du Cloux, a été édifié en 1471 dans le centre ville d'Amboise en Indre-et-Loire à seulement une vingtaine de kilomètres de Tours.

A son arrivée en France en 1516 Léonard de Vinci vient de quitter Rome. Il est âgé de 64 ans et s'est forgé une solide réputation de peintre et d'architecte. C'est donc avec les honneurs que le roi François 1er l'accueille et le nomme "Premier peintre, architecte et ingénieur du Roi". Ayant hérité du Clos Lucé par sa mère Louise de Savoie, François 1er préfère aller vivre au château de Chambord ou à Fontainebleau. Il fait installer Léonard de Vinci au Clos Lucé, lui donne une pension princière de 700 écus d'or par an et lui paye ses oeuvres.

DSCN0487

DSCN0488

Ce qu'il faut savoir c'est que François 1er est un grand mécène et à une époque où les grandes idées de la Renaissance italienne commencent à se diffuser en France le Roi aime contribuer à cette diffusion. Il entretient donc une relation très fusionnelle avec Léonard de Vinci allant jusqu'à l'appeler "mon père".

François 1er va investir Léonard de grandes missions à la cour. Il travaille comme ingénieur, architecte mais aussi metteur en scène (avec la création de costumes) et organise de nombreuses fêtes. Ainsi dans cette demeure, Léonard de Vinci est libre d'exprimer son art et ses idées. Il profite de ce château durant trois années avant de rendre l'âme le 2 mai 1519.

DSCN0500

Depuis 1855 et à ce jour le château appartient à la famille Saint Bris qui décide d'ouvrir la demeure au public en 1954.

D'un point de vue architectural, le Clos s'organise autour d'une tour d'angle octogonale qui abrite un escalier à vis. Cette tour est entourée de deux bâtiments à deux étages construits en équerre. La grande caractéristique de cette demeure est sa façade en briques roses et en pierre de Tuffeau.

DSCN0685

Le jardin de Léonard

Autour de la demeure s'étend un parc de sept hectares. Il a été "transformé" en parc culturel où a été mis en scène l'art et les visions de Léonard. Ainsi le visiteur peut, au cours d'une promenade initiatique, découvrir les sources d'inspiration du peintre, de l'idée à la conception.

DSCN0531

Le char

DSCN0611

La machine volante

C'est un parc absolument magnifique, avec un étang, un embarcadère, quelques petites cascades où on peut y croiser les croquis de Léonard ainsi que ses réalisations mécaniques.

DSCN0621

DSCN0544

Une superbe visite à faire de préférence sous un ciel clément tant il y a de choses à voir dans le château et au parc. Le Clos Lucé est classé au patrimoine de l'Unesco.

DSCN0644

Pour plus d'informations et d'actualités vous pouvez consulter le site officiel en cliquant ici.

Ⓒphotos du clos et du parc The Lady and the Black Cat.